CNEC
Conseil National
des Entreprises de Coiffure
139, boulevard Haussmann
75008 PARIS - Tél. 01 58 36 17 80

Accueil

Accueil > Presse et publications > Les communiqués de presse > COMMUNIQUE DE PRESSE vendredi 15 avril 2016

COMMUNIQUE DE PRESSE vendredi 15 avril 2016

COMMUNIQUE DE PRESSE

Vendredi 15 avril 2016

Franck Provost, président du CNEC, et Jean-Christophe Zammit, responsable de la Commission économique et sociale du CNEC, ont été reçus par les instances gouvernementales : 

- le 23 mars, par Xavier Piccino, directeur de cabinet de Martine Pinville, secrétaire d’État chargée du Commerce et de l'Artisanat ; 

- le 8 avril, par Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social. 

Ces entretiens ont été riches d'échanges et les interlocuteurs du CNEC n'ont pas compté leur temps ; les représentants du CNEC se sont sentis écoutés. Après un point sur l'économie de la coiffure et son avenir, les échanges se sont portés sur les problématiques rencontrées par la profession. 

Parmi les thèmes abordés, le CNEC a fait part de sa désapprobation concernant le projet de loi Sapin 2 en direction des auto-entrepreneurs (micro-entrepreneurs) et le relèvement du plafond de recettes des bénéficiaires de la franchise de TVA. Doubler les seuils de chiffres d'affaires renforcerait une distorsion de concurrence qui nuit gravement à la profession et à l'emploi. 

Le CNEC a développé des mesures attendues par le secteur :

 

-       adaptation de la qualification professionnelle : le CNEC s'oppose à une déréglementation de la coiffure et demande le même niveau d'exigence de qualification, le brevet professionnel (BP), pour toutes les formes d'exercice de la coiffure ; 

-       apprentissage et employabilité : la coiffure forme 23 000 jeunes en contrat d'apprentissage, seuls 5 000 d'entre eux restent dans la coiffure. Le CNEC propose que toute entreprise qui forme un apprenti s'engage à le garder deux années à l'issue du cursus de formation en contrepartie d'une exonération totale des charges. En effet, l'aide à l'embauche PME mise en place par le gouvernement favorise le recrutement de coiffeurs ayant déjà quelques années d'expérience au détriment des jeunes coiffeurs qui peinent à trouver un premier emploi ou se détournent de la coiffure après l'obtention de leur diplôme ; 

- contrat d'apprentissage et contrat de professionnalisation : le CNEC insistepour ces deux formations en alternance soient homogéneisées afin d egommerles disparités (jours en entreprise, rémunération...);

-       crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) : cette mesure est saluée par le CNEC. Elle a donné du souffle aux entreprises qui ont une masse salariale importante en relevant le niveau des marges. L'économie d'impôt réalisée est égale à 6 % de la masse salariale brute. Au 1er janvier 2017, le CICE disparaît et devrait être remplacée par une baisse des charges sociales. Le CNEC demande à ce que la baisse des charges prévues soit au moins équivalente au gain obtenu avec le CICE afin d'éviter que les entreprises ne perdent de la marge nette en 2017.

        Cette demande va dans le sens de l'intervention de François Hollande, président de la    République, le 14 avril dernier, dans l'émission « Dialogue citoyens » sur France 2 qui a   défendu le pacte de responsabilité qui comprend le CICE et permet d'améliorer la             compétitivité des entreprises.       

 Contact presse : Luc Héry – Tél. : 01 58 36 17 80. - luc.hery.cnec@orange.fr -

 

CNEC – Conseil national des entreprises de coiffure – Organisation patronale représentative au service des entreprises de coiffure et de la défense des intérêts de la profession – Date de création : 1995 – Président : Franck Provost.