Pompadour et crêtes de coq : en Irak, la « révolution » passe aussi par les cheveux

Les racines de la révolution irakienne sont peut-être aussi capillaires… Elvis Presley en aurait rêvé : les jeunes Irakiens de la place Tahrir à Bagdad arborent des coupes de cheveux gominés, voire des « crêtes de coq » censées signifier la libération des esprits.

Un festival de haute coiffure, de mèches ultra-lustrées et de tempes rasées : un phénomène emblématique mais exclusivement masculin. Très marquée dans le monde arabe, et inspirée des stars du football, cette mode en plein « boom » sur la place Tahrir symbolise l’espoir de la jeunesse, pour un monde meilleur où « tout est possible ».

L’inflation des brushings en Irak a ainsi remis au goût du jour la fameuse « banane » ou « Pompadour » à la Elvis, soigneusement cachée par un bonnet lorsqu’il faut rentrer à la maison, quitter la ville et retrouver papa et maman. Une révolution capillaire assumée, ou presque

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Recevez dès maintenant
notre prochaine newsletter :

ACCÈS À L'ESPACE ADHÉRENT

Vous rencontrez des difficultés à vous connecter ?

1/ Indiquez le Nom de famille de l’adhérent (ex : je m’appelle Carole Martin, dans « Nom » j’écris « Martin »)
2/ Entrez le numéro de SIRET de votre salon (14 chiffres sans espace)
3/ Entrez le Mot de passe à 4 chiffres et une lettre majuscule (ex : 1234B) que nous vous avons communiqué par courrier électronique
Vous n’arrivez toujours pas à vous connecter ?
Veuillez nous contacter à l’adresse suivante en nous précisant vos difficultés :
connexion@cnec.asso.fr

Besoin de renseignements ?

ContacteZ le Cnec